Yoga

yoga

Le yoga permet de traverser l’épreuve de la maladie avec d’autant plus de force qu’il :

  • Redonne de l’énergie à l’organisme – au moment où les traitements médicaux anti-cancer le malmènent;
  • Calme les peurs, la colère, ou les ruminations (des émotions fréquentes après l’annonce du diagnostic);
  • Réduit les douleurs articulaires et musculaires (souvent aggravées par les traitements);
  • Regonfle le moral et chasse la déprime ou la dépression;
  • Améliore la qualité du sommeil et renforce le système immunitaire;
  • Aide à lâcher prise, à se reconnecter au corps, aux besoins, et à l’esprit.

L’activité physique diminue le taux de récidive des personnes atteintes d’un cancer. Elle permet aussi d’améliorer la qualité de vie pendant le traitement et de diminuer la fatigue. Le yoga, plus spécifiquement, a le mérite de s’adapter à la personne malade, de travailler sur la concentration pour mieux sentir son corps, et même le reconquérir.

Le yoga a des effets mécaniques (les étirements assouplissent les muscles), mais aussi des effets sur le système nerveux. Une pratique régulière favorise la sécrétion d’endorphines qui calment la souffrance et diminue la production des substances inflammatoires. Elle agit à la fois sur la transmission et la perception de la douleur ».

Le yoga  combine à la fois des exercices de respiration, des enchaînements de postures et de la méditation.

Plus profondément, le yoga est aussi une forme de psychothérapie douce : grâce à ses effets « relaxant », il améliore l’estime de soi et aide à ne plus se laisser emporter.

Sous condition d’un certificat de non contre-indication à la pratique d’une activité
physique.

 

yoga